Gildas Ménier


L'impression



L'impression est le transfert de l'image de la matrice sur le cuivre. Dans le cas de l'image présentée, le cuivre a été decoupé. Lors de l'impression, le vide laissé sera traduit par un relief appelé 'embossage'.

Pour l'impression, le papier utilisé est un papier généralement de 300g/m2 : il est épais et doit être de bonne qualité. Il est généralement trempé une bonne nuit avant utilisation afin de le rendre plus apte à rentrer dans le cuivre.

La première étape de l'impression est l'encrage et l'essuyage de la plaque.



La plaque de cuivre est chauffée sur une plaque chauffante : la température permet de ramollir l'encre, ce qui l'aide à rentrer dans les profondeurs de la matrice mais également facilite son essuyage.

L'encre utilisée est à base d'huile de lin. Elle est assez poisseuse et très intense. Elle recouvre complètement le dessin.



Afin d'enlever l'encre en trop en surface et de faire réapparaitre le dessin, on utilise plusieurs méthodes. La principale fait intervenir une gaze de tissus appelée 'tarlatane'.

Les essuyages successifs se font délicatement afin de ne pas abimer le cuivre et surtout de ne pas enlever l'encre en profondeur.


La partie essuyage est également un art : il est possible de modifier certains contrastes ou de corriger certaines erreurs de gravure en encrant plus ou moins certaines parties de la plaque.

Il est également possible d'utiliser plusieurs couleurs pour l'encrage.



Dernière étape : la plaque est placée sur la presse. Il faut une presse 'taille douce' seule capable de fournir la pression suffisante pour l'impression.

Ces presses sont généralement assez imposantes et très lourdes pour des raisons mécaniques. Il est nécessaire d'en régler la pression pour optenir des résultats satisfaisants.

Généralement les pressiers (ceux/celles qui impriment) ont l'habitude, et de leur mélange d'encre, et de la presse qu'ils (elles) utilisent.

Tous les graveurs n'ont pas la possibilité (moyens et place) d'avoir leur propre presse et certain(e)s font appel à des pressiers pour imprimer leur travail.

L'impression d'une oeuvre fait appel à une certaine maîtrise de l'encrage et de l'essuyage (qui se font forcément à la main) : on peut tout à fait considérer que les pressiers sont également des artistes indispensables à la réalisation d'une oeuvre.


Une feuille de papier préparée est placée sur la plaque de cuivre, puis la presse écrase ce papier sur la matrice.

Le papier est ensuite délicatement enlevé et mis à sécher.

Pour réaliser d'autres tirages, il est nécessaire de recommencer encrage et essuyage pour chaque estampe.

En fonction de la complexité de l'oeuvre et du nombre de couleurs, un encrage peut demander un temps assez long (plus d'une dizaine de minutes, souvent au moins une demi-heure)




                                                                        nadejda gravures